La Sardaigne - Passeggiate - Randonner hors des sentiers battus

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

La Sardaigne

Nos randonnées
Deuxième île méditerranéenne par sa superficie, à seulement 12 kilomètres de la Corse au nord, la Sardaigne occupe une position géographique unique qui en a fait un lieu de passage bien avant l'antiquité. Cette position stratégique l'a rendue facilement accessible mais aussi vulnérable. La présence humaine y est attestée dès le paléolithique. De nombreux vestiges archéologiques datant de la période néolithique et de l'âge de bronze ont été retrouvés, mais c'est la mystérieuse civilisation nuraghique, présente sur l'île entre 1800 et 500 avant J.-C., qui fait son prestige. 
 
Les nuraghe
Les nuraghe, sortes de tours en pierre sèche, très nombreuses sur le territoire, ont donné son nom à ce peuple dont on connaît peu de choses sinon qu'il avait une organisation sociale évoluée pour l'époque. Le rôle des nuraghe reste encore une énigme tout comme le déclin de cette civilisation. L'île a subi de multiples invasions depuis les peuples marins de l'antiquité jusqu'à ceux plus récents des continents européen et nord-africain (successivement Phéniciens, Grecs, Etrusques, Carthaginois, Romains, Arabes, Génois, Pisans, Espagnols, Piémontais, Français...). L'influence de tous ces peuples est encore bien visible actuellement. C'est ce qui fait la richesse culturelle de la Sardaigne. 
 
Un peu de géographie
Sur le plan géographique, l'île est remarquable par son relief tourmenté fait de massifs séparés par des vallées, de plateaux ou de cassures volcaniques. Tout le centre est occupé par des montagnes qui ne forment pas une véritable chaîne, mais un grand V traversant toute l'île, la partie orientale étant plus élevée que la partie occidentale. A l'est, les monts les plus hauts atteignent plus de 1800 mètres, à l'ouest prédominent plaines et dépressions. La majeure partie du relief est recouverte de hauts plateaux dépassant les 500 mètres d'altitude. On y trouve différents types de roche : grès, granit, schistes, basalte volcanique et de vastes étendues de sédiments calcaires.
 
Les plaines sont restreintes au bord des fleuves. A l'image de la grande diversité des paysages intérieurs, le littoral est très découpé avec de nombreuses petites criques, anses, baies, péninsules, îlots et récifs. Dans les endroits les plus sauvages, malheureusement peu nombreux, nichent de nombreuses espèces d'oiseaux dont le vautour cormoran à toupet et le rare faucon de la reine Eléonore. L'arrière-pays sarde est largement couvert de forêts de moyenne altitude où l'on trouve, selon les régions, le chêne-liège, le chêne vert, le chêne rouvre, le hêtre, le châtaignier, le noyer et diverses espèces d'arbres fruitiers sauvages. Le littoral est tapissé d'un dense maquis. Quelques belles orchidées se cachent parfois parmi les nombreuses espèces de fleurs des prés. Au sud de l'île, de vastes zones marécageuses abritent les fameuses colonies de flamants roses. 
Le sarde, une langue à part
Plus proche du latin que de l'italien, la langue sarde s'est enrichie au fil des millénaires de multiples apports linguistiques. Malheureusement, aujourd'hui, son usage tend à décliner. Ce vivier culturel a produit de grands intellectuels, poètes et écrivains, tels le philosophe et marxiste Antonio Gramsci, l'écrivaine Grazia Deledda, Prix Nobel de littérature en 1926, le juriste Salvatore Satta qui a laissé une seule oeuvre majeure Le Jour du Jugement, le grand poète Mario Masala, décédé en 2015, et l'écrivain contemporain Marcello Fois.  
Deux randonnées sont proposées dans cette région :

LE NORD-OUEST : ALGHERO, BOSA, LE MARGHINE
De Stintino et Porto Torres jusqu'à Alghero, se déploie la plaine de la Nurra avec son doux relief de collines, ses champs d'oliviers et ses vignobles. Plus à l'intérieur des terres, le paysage est morcelé entre les hauts plateaux et les petits volcans endormis. C'est une région encore peu connue. Aux itinéraires classiques sur le littoral de calanques, de grottes et de falaises, s'ajoutent ceux de l'intérieur entre bois et vestiges d'une présence antique. 

LE SUD-OUEST : CÔTE DU SULCIS-IGLESIENTE
La splendide côte du Sulcis-Iglesiente est un des plus beaux endroits de Sardaigne. On y randonne entre monts et mer, en découvrant des grottes, des plages et les fameux gisements et villages miniers abandonnés. Tout cela sans négliger les possibilités fréquentes de baignade dans les petites calanques que l'on trouve tout au long des sentiers de randonnée. 

> Agenda des randonnées en Italie 2018                                                                                   


Erica Pinna
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu