Le sud-ouest de la Sardaigne - Passeggiate - Randonner hors des sentiers battus

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Le sud-ouest de la Sardaigne

Nos randonnées
Le Sulcis Iglesiente 
Situé au sud-ouest de la Sardaigne, le Sulcis Iglesiente inclut le territoire du Sulcis, du nom de l’antique ville punique aujourd’hui dénommée Sant’Antioco, et celui d’Iglesiente lié à Iglésias, son chef-lieu et principale ville. Cette région est remarquable pour ses paysages sauvages et préservés comprenant, entre autres, le Parc naturel du Sulcis, le Pan di Zucchero près d’Iglesias, la pinède de Porto Pino, le Golfe de Palmas, les marais salants de Sant’Antioco et l'Île de San Pietro (Isola verde). Le littoral est ponctué de falaises abruptes, promontoires, petites baies, anses et criques, îlots et récifs. Quelques monts peu élevés (entre 500 et 1000 mètres) forment le relief de l’arrière-pays, Monte Gioisa Guardia et Monte Aquafredda dans le Sulcis et Monti Limas et Margania dans l’Iglesiente. La végétation du Sulcis-Iglesiente est luxuriante. Lauriers roses, bougainvilliers, chèvrefeuilles, figuiers de Barbarie et genêts côtoient les champs d'oliviers et les vignes. Le myrte, le lentisque, le ciste, le romarin, l'arbousier et le genévrier embaument l’atmosphère.
 
Le patrimoine minier
Cet arrière-pays est remarquable par sa géologie qui lui confère un grand intérêt historique. Sur une base rocheuse précambrienne parmi les plus anciennes d’Europe, le terrain est fait de grès, schistes, granites, roches calcaires et dolomies (roche sédimentaire de carbonate de calcium et de magnésium). Le Sulcis est connu pour ses gisements miniers (charbon, plomb, zinc, argent, baryum et cuivre) exploités dès l’antiquité par les Phéniciens et les Carthaginois qui les découvrirent et initièrent leur extraction. Cette exploitation a perduré jusqu’au Moyen Âge pour ensuite décliner progressivement jusqu’à la réouverture des mines vers la moitié du XIXème siècle dont l’activité s’est prolongée durant la seconde guerre mondiale et l'après-guerre, avant de cesser définitivement en 1964. Les installations sont devenues un élément important du patrimoine archéologique et industriel de la Sardaigne, premier parc géominier au monde classé par l'Unesco. Y subsistent les vestiges de cette époque, bâtiments et équipements encore en état de marche, ainsi que les villages miniers aujourd’hui abandonnés. 
 
Les peuples sardes
Le Sulcis a une histoire très ancienne puisque les premières occupations humaines remontent à 5000 ans. De nombreux sites archéologiques témoignent des occupations successives du territoire : Nuraghes, Phéniciens, Romains et Byzantins. Les plus importants sont les Seruci dans la province de Carbonia-Iglesias avec sa très ancienne forteresse nuragique ; Montessu et sa nécropole, la plus importante de la Sardaigne méridionale, faite d’anciennes tombes creusées dans la roche datant de 5000 ans, domus de janas, dites casa delle fate (maison des fées) ou casa delle streghe (maison des sorcières) ; les anciennes colonies puniques comme la forteresse phénicienne Pani Loriga et surtout la ville de Sant’Antioco (ancienne Sulcis) qui compte de nombreux vestiges archéologiques d’époques diverses.

Tout cela ne doit pas faire oublier l’excellente gastronomie sarde à base de produits régionaux, tels le thon, l’huile d’olive, le pecorino, l’artichaut et le miel, accompagnés d’un bon verre de Carignano DOC du Sulcis.

> Agenda des randonnées en Italie 2019                                                                                        


 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu