Les Monts Iblei - Passeggiate - Randonner hors des sentiers battus

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Les Monts Iblei

Nos randonnées
Le canyon sicilien
Les Monts Iblei forment un immense plateau de collines au sud-est de la Sicile dont le point culminant est le Mont Lauro (986 mètres). Ce massif calcaire blanc conchylifère présente un réseau hydrographique très riche. De nombreuses rivières y prennent leur source, elles y ont creusé de profondes gorges (canyons) : l'Irminio, qui divise le plateau du nord au sud entre Modica et Siracusa, le Birillo, l'Ipari, le Tellaro, l'Anapo, la rivière de Siracusa et le Cassibile. Les zones côtières sont formées de grès qui, dans le sud-est de l'île, se dénomme giuggiulena parce qu'il est très friable et ressemble à une pâtisserie orientale. Certaines parties des Monts Iblei sont en roche volcanique, la zone du Mont Lauro faisant partie d'un complexe volcanique sous-marin il y a des millions d'années. 
Iblei et le roi Hyblon
Le mot "Iblei" dérive du nom du roi sicule Hyblon qui y règne au VIIème siècle avant J.-C. et concède aux Grecs une partie des territoires où ils édifient la ville de Megara Hyblaea. Entre le VIème et le VIIème siècle après J.-C., des groupes d'habitants de la côte sicilienne, peut-être menacés par les saccages ou poussés par la misère, décident de se fixer sur les Monts Iblei et agrandissent d'antiques tombes creusées dans la roche depuis l'âge de bronze pour les transformer en villages rupestres de maisons troglodytes et petites églises : ce sont les villages byzantins. 
Giuseppe Ippolito
Un de ces lieux mythiques, Pantalica, est choisi comme refuge en raison de sa position aisément défendable délimitée par de profonds ravins. Dès le XIIIème siècle avant J.-C., s'y établissent de nouveaux émigrés italiques (Siculi, Ausoni et Morgeti) qui restent isolés tandis que les Grecs occupent le littoral et y fondent des cités à partir du VIIème siècle après J.-C. En 480 avant J-.C., Les Syracusains construisent un aqueduc entre le fleuve Calcinara et Syracuse qui fonctionne encore aujourd'hui. Dans les années 1900, un chemin de fer à écartement réduit est construit dans la vallée de l'Anapo pour relier tous les centres urbains des Iblei à Syracuse. La voie ferrée qui a servi pendant quarante ans, est aujourd'hui démantelée mais constitue, avec ses ponts et ses tunnels, la principale voie touristique pour visiter la vallée.
Sur les sentiers des Iblei 
Les sentiers de randonnée empruntent le fond des canyons pour ensuite remonter vers les reliefs plats aux courbes douces. Au centre du plateau, ils traversent des bois qui interrompent le maillage régulier des murs de pierre, typique de toute la pointe sus-orientale de la Sicile. Le littoral, plus habité, montre une alternance de collines aménagées en terrasses à moitié couvertes de maquis méditerranéen et de champs clos couverts de vastes étendues d'oliviers, de caroubiers, de vignes et d'agrumes. Ce réseau remarquable de murets de pierres sèches représente des siècles de travail de défrichement par les métayers. Dix-huit petites villes occupent ce territoire, réparties dans les provinces de Ragusa, Siracusa et Catania.

> Agenda des randonnées en Italie 2019                                                                        


 
Retourner au contenu | Retourner au menu