Les Abruzzes - Passeggiate - Randonner hors des sentiers battus

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Les Abruzzes

Nos randonnées

Le Parc National des Abruzzes est le plus ancien et le plus célèbre d'Italie. Institué en 1922 pour sauvegarder la nature et certaines espèces animales menacées ou en voie de disparition, il s'étend sur 50000 hectares au coeur de l'Apennin central le plus sauvage, entre la région des Abruzzes, le Latium et le Molise, et comprend vingt-cinq communes. 
Le Parc national des Abruzzes, un modèle écologique
C'est un modèle de conservation de la nature et de protection de l'environnement qui fascine tous ceux qui le visitent. C'est là, entre les cimes inaccessibles, les forêts touffues et les blanches roches calcaires que trouve encore refuge l'ours brun de la Marsica, perle rare et précieuse de la faune italienne, qui vit en paix dans un habitat idéal avec le loup des Apennins, le cerf, le chamois, le lynx, le renard, le lièvre, la loutre et l'aigle royal. De nombreuses autres espèces de mammifères, d'oiseaux, de reptiles et d'insectes peuplent la région.
Sur le plan géomorphologique, le paysage se caractérise par des massifs montagneux calcaires et des hauts-plateaux entrecoupés de vallées et de gorges profondes et inaccessibles, comme celle de la Foce di Barrea, des parois rocheuses en forme de cirque comme la Camosciara, de grandes plaines herbeuses, des phénomènes karstiques, des fleuves, parmi lesquels le Sangro, et des torrents. Près des monts de la Meta, le lac artificiel de Barrea, le plus grand de toute l’aire protégée, a été créé par la fermeture des embouchures du fleuve Sangro. Une véritable oasis qui abrite des espèces d’oiseaux rares pour la région, tels la bergeronnette des ruisseaux ou le héron cendré. Le bourg médiéval de Barrea construit sur un éperon rocheux à 1066 mètres d’altitude domine le lac entouré de sommets parmi les plus beaux du parc. D'autres petits bourgs médiévaux se situent à proximité, Civitella Alfadena, Villetta Barrea, Pescasseroli et Scanno, le plus typique des Abruzzes, ainsi que le Val Fondillo, une vallée longue et riche en bois, où se trouve l’ancien bourg médiéval d’Opi. Situé sur un rocher et dominé par les sommets des monts Marsicano et Petroso, Opi est riche en vestiges archéologiques. 
Au printemps les vastes prairies et les sous-bois sont parsemés de nombreuses variétés de fleurs : plusieurs espèces d'orchidées sauvages comme le sabot de Vénus, violettes, crocus, soldanelles, gentianes, lys rouges, iris marsicano, primevères, ellébores, cyclamens, digitales, anémones, renoncules, houx, etc. En moyenne montagne, se trouvent les bois de chênes chevelus, de pommiers sauvages, de sorbiers et autres arbres à feuilles caduques. Plus en altitude, vers 1800-2000 mètres, les hêtres finissent par céder la place aux genévriers et aux pins mughi. Enfin, le fond de certaines hautes vallées abrite le chêne rouvre, le frêne, le bouleau, le peuplier, le cerisier et le poirier sauvages, le charme, le pin noir et diverses espèces d'érable. La création du parc des Abruzzes a permis de sauver de l'abattage deux millions d'arbres, de protéger des espèces animales menacées comme l'ours brun marsicano et le loup des Apennins, et d'aider économiquement les villages qui ont ainsi cessé de se dépeupler.



 
 
 
Stefano Monaldi
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu