La Sila en hiver - Passeggiate - Randonner hors des sentiers battus

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

La Sila en hiver

Carnets de voyage
Nous partîmes à quatre pour la Sila pour un séjour plein de découvertes. 
La Sila en hiver… quelle drôle d’idée ! Que cela voulait-il dire ? Juste un peu de neige pour faire de jolies photos ? Le paysage est tout blanc, les collines s’allongent et nous voici en pleine montagne, protégés par les arbres séculaires : un paradis blanc ! 
La première étape est Longobucco. Visite culturelle de son atelier de tissage, ses caves à vin et leur fabuleuse machine à sous, visite mondaine avec la rencontre du maire. Puis c’est la première randonnée sous la pluie mais les pieds dans la neige. La beauté du paysage nous subjugue et notre premier déjeuner pris dans une baita laisse présager d’un séjour unique au gré de lieux insolites. 
Deuxième jour : l’épais manteau de neige nous permet de chausser nos raquettes. Randonner en raquettes est une découverte pour les Francesi mais aussi pour Naturaliter. Brève initiation pour chausser nos ciaspole par Edoardo et la rando se fait sur une neige immaculée et par beau soleil. Pour ceux qui connaissent déjà la Calabre, c’est une autre facette de celle-ci qui s’offre à nous : paysages grandioses et blancs, vierges de tout passage. 
 
 
 
 
Au plaisir de randonner dans cette immensité blanche succède le plaisir du chocolat chaud de Simonetta le soir de retour au refuge. Réveil le matin et nous avons devant nous un paysage de carte postale : les arbres sont recouverts de neige, nous sommes dans un paysage ouaté, enveloppé dans un silence serein. Et le monde semble nous appartenir puisque nous sommes les seuls êtres vivants arpentant ces lieux magiques. La grisaille quotidienne, les turpitudes du moment s’effacent devant ces paysages grandioses ici enneigés là recouverts d’herbes folles où percent déjà les premières fleurs de printemps.
Ce voyage sera marqué par les rencontres que nous faisons et par l’accueil qui nous est réservé : le sourire et la bonne humeur de Mimmo à Longobucco resteront gravés en nous. Ce sera également ce déjeuner pris dans un wagon dans la gare la plus haute d’Europe, cette église et ses peintures de Mattia Prati à la Taverna qu’un coup de fil magique d’Andrea laisse ouverte pour nous ! 
Ce voyage ne se sera pas résumé à randonner. Nous sommes rentrés à Paris riches de ces rencontres qui l'ont ponctué et de l’accueil de Naturaliter. C’est à chaque fois – ou la première fois pour l’une – que nous sommes émerveillés par le cadeau que nous font nos guides et accompagnateurs (cette fois Angelo et Andrea) : le don de sublimer le quotidien en donnant aux pique-niques des airs de fête et en les transformant en un moment de partage. C’est aussi la fierté de nous faire partager leur vie et leur quotidien. Ils savent nous surprendre et nous révéler l’inattendu au détour d’un chemin ou en poussant une porte. Des difficultés du séjour (côtes trop pentues, ciaspole qui pèsent sur nos sacs), on oublie tout et l’on garde en nous le rire communicateur de Mimmo, la connaissance d’Edoardo de ses montagnes et les facéties d’Angelo (Diavolo bien sûr !).

Catherine Sevestre, 13 mai 2014



 
 
 
 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu